toa-heftiba-_UIVmIBB3JU-unsplash

La cocréation : C’est quoi au juste ? 🤔

Avis experts

Par André Fortin & Franck Louesdon

La cocréation, c’est un peu comme la startup nation, on en parle mais difficile d’en cerner clairement le périmètre. Notre objectif ici est de vous aider à mieux cerner et découvrir ce vaste sujet.  N’hésitez pas à nous faire part de vos retours.

Le terme “cocréation” est relativement nouveau dans le vocabulaire organisationnel. Il a été popularisé par les professeurs Prahalad et Ramaswamy dans un article de la Harvard Business Review en janvier 2000 (Co-Opting Customer Competence)

Nous intervenons durant l’année au sein d’écosystèmes très diversifiés : les territoires, le milieu éducatif, les associations, les entrepreneurs et les entreprises. Pour nous, la cocréation est avant tout une pratique collaborative de développement d’une initiative. Elle met l’accent sur l’exploration et l’interdisciplinarité, implique de nouvelles relations entre une diversité de personnes et utilise un processus créatif pour générer des résultats significatifs.

La cocréation, pour quoi faire ? 

👉🏻 Briser les silos et renforcer la cohésion des équipes ;

👉🏻 Donner l’opportunité à chaque individu de contribuer à un défi quelconque ;

👉🏻 Développer l’engagement, l’implication et la responsabilisation des personnes de votre écosystème ;

👉🏻 Stimuler les interactions entre individus pour innover différemment

👉🏻 Explorer des problématiques complexes.

La cocréation prend donc toute sa place dans des démarches d’innovation mais aussi dans le développement humain. C’est à la fois une méthodologie, une approche et un état d’esprit qui créent un impact majeur sur votre écosystème (voir ci-dessous “Trois perspectives de la cocréation”).

La cocréation est ouverte à tous

Dès la fin des années2000 apparaissent les premières entreprises qui font de la cocréation leur axe de développement. Ca a par exemple été le cas d’eYeka, une plateforme qui propose aux marques de travailler avec la communauté mondiale de consommateurs créatifs. Le principe de cocréation appliqué ici : une marque propose un défi sur une durée limitée aux membres de la communauté qui y répondent suivant leur interprétation de la demande. La marque choisit ensuite parmi les propositions générées.

La cocréation et l’entreprise

Progressivement, les grands groupes eux-mêmes pivotent pour intégrer la cocréation dans leurs démarches d’innovation. Leurs intérêts peuvent être multiples mais en voici deux :

Le premier est d’être au plus près des besoins de leurs utilisateurs en les intégrant dans la démarche de développement. Nous retrouvons par exemple cette approche dans le domaine du sport et du jeu. 

Le second intérêt est sur la conduite du changement notamment lorsque l’entreprise doit réinventer son modèle économique. La démarche permet d’élargir le champ des possibles et de sortir de son schéma de pensée habituel. 

La cocréation et les territoires

Dans l’optique de mieux vivre ensemble, les territoires s’appuient sur la cocréation pour faire émerger de nouvelles solutions. Nous avons par exemple des initiatives telles que la démarche Organicity qui regroupe différentes expérimentations en Europe ou le Laboratoire d’innovation urbaine de la Ville de Montréal au Québec.

La cocréation et l’éducation

Au sein du système éducatif, de nombreux travaux sont également initiés. Nous accompagnons par exemple les universités de Toulon depuis 2014 (semaine de cocréation) et l’université d’Aix-Marseille depuis 2017 (les Idéesfricheurs) sur des dispositifs visant à développer la créativité et à briser les silos entre les cursus. L’objectif clair visé est de favoriser l’apprentissage sous l’angle constructif et collaboratif en responsabilisant l’étudiant, et ensuite d’ouvrir les frontières entre les formations. Après différentes années d’expérimentations sur la base de volontariat, ces actions ont finalement été intégrées dans le cursus pédagogique.  Merci la cocréation !

La cocréation et les entrepreneurs

Les entrepreneurs, notamment au démarrage, ont des ressources humaines et financières limitées. La cocréation est donc une approche efficace pour pouvoir progresser et avoir des réponses aux problématiques rencontrées. En intégrant différentes parties prenantes (utilisateurs, partenaires…) dans votre démarche, vous augmentez la motivation et avez les retours des acteurs au cœur de votre démarche. C’est un gain de temps et d’efficacité précieux.

Trois perspectives de la cocréation

La cocréation est utilisée dans de multiples environnements mais n’est pas forcément définie par ses utilisateurs. Ainsi, les intentions sous-jacentes à la cocréation tout comme ses impacts peuvent être très différents suivant le contexte de mise en œuvre. Trois perspectives de la cocréation cohabitent, ce qui génère parfois de la confusion quand vient le temps d’expliquer de quoi il s’agit.

La cocréation comme un état d’esprit

Selon cette perspective, la cocréation permet d’aborder des problématiques et de proposer des solutions en se basant sur des attitudes, des valeurs et des principes. C’est donc la notion de savoir-être qui est mise en  avant, avec un socle de compétences comme l’ouverture d’esprit, le non-jugement, la curiosité, la tolérance à l’ambiguïté… Le fait d’être dans cet état d’esprit prédispose les personnes à contribuer à des activités de cocréation.

 

La cocréation comme une approche

A notre échelle, nous avons recours à la cocréation en combinant une diversité d’outils ou de processus avec une durée définie : un jour, une semaine, un mois… Par exemple, le design thinking peut être abordé comme une approche de cocréation. Un autre élément soutenant la perspective de la cocréation comme une approche est la notion d’hybridité. Certains puristes ne dérogeront pas d’une approche connue et l’appliqueront à la lettre alors que d’autres puiseront dans la diversité des outils existants pour développer sur mesure une approche répondant à la problématique abordée, en relation avec les personnes impliquées. Nous encourageons cette notion d’hybridité qui permet de s’adapter à la dynamique du groupe.

La cocréation comme une méthode ou une technique

Ici, nous envisageons la cocréation comme une méthode parmi d’autres permettant de répondre à un ou des objectifs précis. La cocréation est ainsi abordée par le biais d’une technique principalement associée à la créativité. 

 

Un guide pour vous accompagner 

Pour nous, la cocréation intègre ces trois perspectives qui s’équilibrent. Par exemple, si vous avez la méthodologie mais pas l’état d’esprit associé, l’impact ne sera pas au rendez-vous car il vous manquera forcément une composante. Le travail réalisé lors d’un processus de cocréation amène profondément à se surprendre, à se dépasser et à interagir en équipe. L’état d’esprit vise à collaborer efficacement avec d’autres. L’approche permet d’accueillir la diversité et la capacité à s’adapter. La méthodologie contribue à la mise en place d’un environnement sécurisant et propice à la créativité.

Pour vous accompagner, nous abordons l’ensemble de ces perspectives dans le guide pratique sur la cocréation qui sortira en février prochain (www.guidecocreation.com). Nous vous proposons un processus détaillé, des articles et exercices ainsi que la contribution de 21 professionnels qui vous permettront de vous guider pas à pas dans la démarche. Que vous soyez facilitateur, prescripteur ou participant, vous pourrez aborder le guide sous l’angle qui vous convient le mieux et expérimenter progressivement.

📚 À propos des auteurs :

André Fortin

André conseille diverses organisations sur comment intégrer la créativité et l’innovation sociale dans leur pratique. Il possède 30 ans d’expérience et anime des processus de cocréation depuis 10 ans avec des associations, villes, gouvernements et fondations.

Franck Louesdon

Franck développe des approches créatives depuis 25 ans. Il accompagne depuis plus 10 ans des entrepreneurs (Asie, Europe et Amérique de nord) et conçoit et anime des démarches de cocréation depuis cette période à la fois avec des entrepreneurs, entreprises et étudiants. 

André et Franck travaillent sur des projets communs de cocréation depuis 2017 et sont auteurs du guide pratique sur la cocréation  (www.guidecocreation.com).

 

Discutons-en ! Discutons-en ! Discutons-en !