damien morin

[Special Guest #2] Damien Morin, CEO et fondateur de mobile.club

Actualités de Startup Palace

[Après Grégoire Gambatto venu inaugurer notre rubrique Special Guest (interview ici), on a décidé de contacter Damien Morin, que vous connaissez forcément pour sa casquette Save ou mobile.club. On lui a concocté une interview aux petits oignons…on vous partage ces réponses ici.]

👉🏻 Hello Damien, comment vas-tu ? On a eu l’occasion d’échanger à l’époque de Techstars où tu étais venu raconter ton histoire & ton parcours aux startups accélérées. Pour ceux qui ne te connaîtraient pas (mais qui sont-ils ??), pourrais-tu en quelques mots te présenter ? Qui es-tu ? D’où viens-tu ? Quel parcours scolaire as-tu suivi ?

Hey hey 🙂 Je m’appelle Damien j’ai 30 ans, je suis un entrepreneur français qui lance des boites dans le secteur des télécoms. J’ai lancé une première boite qui s’appelle Save, leader européen de la réparation de smartphones. J’ai été célèbre pour avoir fêté mes 25 ans avec plus de 500 employés… puis encore plus célèbre pour l’avoir placé en redressement judiciaire l’année d’après. En 2018 j’ai lancé une nouvelle startup ⇒  mobile.club

gettyimages-529209132-612x612
Damien Morin, Ceo and Founder, Society Save My Smartphone, photographed in Paris (Photo by Stephane GRANGIER/Corbis via Getty Images)

👉🏻 Tu t’es lancé dans l’entrepreneuriat en étant si je ne m’abuse le “Monsieur Geek” de ton entourage. Tu nous en dis plus sur tes premiers pas en tant qu’entrepreneur ? (On me parle dans l’oreillette de Save my computer, ça te parle ? 🙃).

Ça me parle oui. Quand mes amis faisaient des baby sittings, moi je réparais les ordinateurs de mon quartier. Quand j’ai eu 18 ans et que j’ai enfin pu monter une société, j’ai obtenu la licence de service à la personne pour le faire de façon un peu plus professionnelle. 

👉🏻 Donc, Save : qu’est-ce que c’est ? Quand et comment as-tu créé Save ?

12 février 2013. Il y a 8 ans, j’ai ouvert une petite boutique de réparation de téléphones dans le 16ème en complément de mes études et de “Save my computer”. A l’époque il n’y avait pas grand monde, elle a connu très vite un fort succès. 

👉🏻 Quelles sont les décisions les plus difficiles que tu aies dû prendre avec Save ?

Pas facile comme question. Les plus difficiles sont toujours les décisions qui impactent une dimension humaine. Les premiers licenciements, se séparer d’un associé, un plan social…

👉🏻 Comment ça se passe psychologiquement et moralement quand on passe d’une startup en hypercroissance avec 500 employés à une startup en redressement judiciaire ?

Honnêtement, ça va. On n’a pas beaucoup le temps de s’apitoyer sur son sort. On est dans un rythme et une tension qui permet d’éviter des moments “down”. Et puis même si on tombe bas, l’objectif c’est de remonter donc on peut quand même célébrer tous les jours des améliorations. 

👉🏻 Comment est-ce qu’on gère une telle crise avec les médias ? En interne, avec ses salariés ?

J’ai écrit un blogpost et je me suis préservé des médias. Finalement, la santé d’une startup ne se fait pas à travers ses articles. Silence radio. Ça m’a fait du bien aussi. Certains journalistes ont été sympas, nous on souhaité bonne chance, d’autres un peu moins. 

1_KvRcFMrXJk3dvfyLtbNAPg

👉🏻 Avec du recul, que retiens-tu de ton expérience Save ?

Des rencontres incroyables, une expertise entrepreneuriale. Et puis, je peux aussi dire que j’ai beaucoup appris de moi-même. 

👉🏻 En France, on évite de parler de l’échec entrepreneurial, car c’est

Après avoir restructuré la boite, on l’a vendue 12M€. C’est-à dire un peu moins que l’argent que mes investisseurs ont investi. Je pense que ça suffit à le qualifier en échec entrepreneurial. Moi je considère qu’on a raté plein de choses, mais qu’on a aussi été excellents sur d’autres sujets. L’important c’est de comprendre pour faire mieux la fois d’après.  

👉🏻 Si tu avais la possibilité de retourner en arrière, que changerais-tu dans ta gestion de Save ?

C’est plutôt des décisions clés que je changerais. Pas vraiment la personne que j’étais au quotidien. 

👉🏻 Bon, fini de parler de Save, car je pense que tu dois en avoir un peu marre d’évoquer toujours la même chose. En 2018 si je ne me trompe pas, tu t’es relancé dans l’aventure entrepreneurial avec mobile.club. Kesako ?

Marre, non. J’ai conscience que ça fait partie de l’histoire et que c’est ce qui m’a amené sur mobile.club. J’aime bien le cheminement d’ailleurs 🙂

6d9a5366cb8440e06cc0089f9d60a

👉🏻 Comment ça fonctionne concrètement ? 

On propose des locations de smartphones, sans engagement avec assurance vol et casse incluse. Concrètement, vends ton smartphone sur leboncoin, souscris chez nous. Pour 30 euros par mois par exemple tu aura l’iPhone 11 assuré et tous les ans tu changeras pour le nouveau !

👉🏻 Où en êtes-vous aujourd’hui ? Combien de clients avez-vous ?

Sorry, on ne communique pas sur notre base client 🙂

👉🏻 A combien êtes-vous dans l’équipe ?

15. 

👉🏻 Avez-vous des profils ouverts ? Si oui, c’est le moment de t’adresser à tes futurs talents.

Yes, on recrute des sales, du support client et un alternant en marketing. Tout est dispo sur le site dans l’espace carrière (ici)

👉🏻 A  30 ans, tu as donc deux entreprises à ton actif : l’entrepreneuriat, un truc de famille ?

Non pas du tout. Je viens d’un milieu familial modeste. J’arrive pas toujours à raconter ce que je vis au quotidien 😂

👉🏻 Comment en termes de communication as-tu géré le lancement de mobile.club ?

Quand on a commencé mobile.club on voulait limiter le nombre de commandes. L’idée c’était de valider le modèle économique avec peu de clients. On a utilisé mon blog et on a demandé à quelques amis de partager notre lancement sur leurs réseaux sociaux. 

👉🏻 Est-ce que le Covid a eu un impact particulier sur ton activité ?

Honnêtement non. 

👉🏻 Comment as-tu géré la crise du Covid (loin d’être terminée ! 😥) avec tes salariés ?

Personne n’est en chômage partiel. On continue à travailler normalement. On a même adapté nos bureaux avec des plaques de plexis pour faire de vraies séparations et pouvoir travailler sans risques. 

👉🏻 Qu’est ce que ça a changé finalement pour toi le Covid ?

Plus de restos, plus de fêtes, une ambiance bizarre. C’est déjà beaucoup !

👉🏻 Quelles sont les prochaines grandes étapes pour mobile.club ? Des partenariats prévus ? Une levée de fonds peut-être ? (D’ailleurs, est-ce que vous avez déjà levé ?)

Les levées de fonds “startup”, c’est la facilité. C’est pour les entrepreneurs V1 pas pour les V2. En 2021 mobile.club deviendra opérateur télécom. On va pouvoir proposer des forfaits en plus des smartphones. On a des offres sympas qui arrivent 🙂

👉🏻 Damien Morin en 3 dates clés, ça donne quoi ?

2018: lancement de mobile.club

2028 : mobile.club rachète Bouygues Telecom 

2038 : mobile.club plus grosse entreprise télécom dans le monde. 

Ouais désolé, je suis plus à l’aise pour raconter des histoires sur mobile.club que sur moi 🙂

👉🏻 On a posé la question à Grégoire, donc pas de raison que tu y échappes : c’est quoi ta chanson (vraiment) honteuse que tu adores écouter ?

Moi j’écoute beaucoup de techno, je préfère me mettre dans une ambiance que de m’égosiller sur Aya Nakamura sous la douche. 

👉🏻 D’ailleurs, si je te parle d’Archimede Music, ça te parle ?

Stalkeuse ! (NDLR : vraiment pas mon genre ! 😂😂😂)

👉🏻 Une anecdote (ou « fun fact » comme on dit dans la startup nation 😅) que tout le monde ignore sur toi ?

Mon premier licenciement, je l’ai fait pas sms. 

👉🏻 Dernière question de cet entretien : qui selon toi doit être notre 3e Special Guest ?

Julie Chapon de Yuka. 

🙏🏻 Et pour ceux qui auraient raté ça, Damien a été interviewé par Grégoire Gambatto, notre premier Special Guest (le monde est petit !) A retrouver ici.

👀 Pour suivre (ou stalker) Damien sur les réseaux sociaux :

👀 Pour suivre mobile.club sur les réseaux sociaux :

Merci Damien et bonne continuation ! 🚀

✍🏻 Interview réalisée par Claire Caminati, Responsable Communication Startup Palace

Discutons-en ! Discutons-en ! Discutons-en !