Frame 49

Comment Ouest-France a optimisé son sourcing de startups avec Startup Palace et Early Metrics

Aussi anodine qu’elle puisse paraître, l’étape du sourcing des startups peut se révéler être stratégique pour un grand groupe qui souhaite mettre en place une démarche de collaboration avec des startups. C’est la raison pour laquelle le Groupe Ouest-France confie de nouveau cette étape délicate à Startup Palace et Early Metrics, pour trouver les perles rares qui rejoindront la troisième édition d’OFF7, l’accélérateur de startups du Groupe Ouest-France.

Mettre en place des démarches ou des initiatives visant à collaborer avec des startups est une pratique de plus en plus courante chez les grands groupes. Ouvrir l’innovation à des acteurs extérieurs comme les startups et ne plus la confiner entre les quatre murs du service R&D permet généralement aux entreprises de tester plus vite de nouvelles solutions sur leur marché, de sensibiliser en interne à de nouvelles pratiques et d’obtenir des résultats plus rapidement (qu’ils soient bons ou mauvais).

pE9nxRHW_400x400

« Avec OFF7 nous avons plusieurs objectifs : faciliter l’innovation par la proximité avec de nouvelles idées, développer un réseau de startups pour nous aider à répondre aux problématiques de demain et amorcer la transformation avec de nouvelles méthodes de travail et de nouveaux savoir-faire. »

Jean-Pierre Besnard, Program Manager de OFF7
1_4pZ2tbDdaTZM86QaC_utTw

« L’innovation en interne est souvent lente et coûte cher. Les grands groupes ont donc intérêt à picorer des services spécifiques fournis par les startups. En effet, les jeunes pousses peuvent leur permettre d’accéder aux technologies de pointe, s’adapter plus rapidement au changement et donc rester compétitifs. En se posant les bonnes questions et en faisant appel aux startups pour y répondre, Ouest-France est un exemple pour les grands médias qui veulent survivre sur le long terme. »

Sophie Vatelot Niclas, Business Director de BLOOM (OFF7 saison 2)

Mais comme ces initiatives se multiplient, il ne suffit plus d’annoncer que vous souhaitez collaborer avec des startups pour que les meilleures d’entre elles ne se précipitent chez vous. C’est ici que le sourcing intervient.

L’art délicat du sourcing

Le sourcing de startups peut être une étape aussi cruciale que délicate pour les entreprises et c’est ce qui lui donne des allures de mission « ingrate ». D’un côté, il est censé garantir une bonne promotion et donc la crédibilité du programme, et de l’autre il cache une cruelle réalité : difficile d’intéresser les startups dans un contexte où les initiatives de collaboration se multiplient. Autrement dit, il y a de fortes chances pour qu’elles s’en fichent.

Si vous avez déjà porté ou mis en place une démarche de collaboration avec des startups, vous savez très certainement de quoi nous parlons. Si vous n’avez jamais mis en place ce genre d’initiative, sachez que vous allez au devant d’une épreuve qui se révélera être aussi gratifiante que frustrante voire stressante. C’est en tous cas le constat de Jean-Pierre Besnard, Program Manager d’OFF7, l’accélérateur du Groupe Ouest-France :

« C’est très long à effectuer, surtout au début, quand il faut installer le dispositif dans le paysage des accélérateurs et expliquer clairement les propositions de valeur aux startups tout en cherchant les meilleurs candidats pour le dispositif. Nous avions aussi la volonté de renforcer et d’étendre la recherche de startups en dehors de notre zone géographique. L’autre difficulté rencontrée, c’est de ne pas pouvoir s’assurer objectivement de la maturité et de la structuration de la startup au moment du sourcing. »

C’est pour palier à ces difficultés que le Groupe Ouest-France s’est entouré de partenaires pour mener à bien cette mission.

Impulser une nouvelle dynamique et un rayonnement national

Retenu pour mettre en oeuvre et animer le programme d’accélération OFF7, c’est Startup Palace qui a effectué le sourcing des startups pour la première édition. Grâce à une bonne connaissance de l’univers de startups, de leur fonctionnement et de leurs attentes, Startup Palace a pu rapidement installer la marque OFF7 et communiquer efficacement sur le dispositif : 136 candidatures reçues dès la première année.

Loin de se satisfaire de ce bon résultat et désireux de donner un rayonnement plus large pour la deuxième saison, le Groupe Ouest-France souhaitait un sourcing plus ambitieux comme l’explique Jean-Pierre Besnard :

« Pour la deuxième édition nous voulions que le sourcing ait une dimension et une portée nationales, avec une meilleure maîtrise de la maturité des startups que nous approchions. C’est ce que nous a permis de faire Early Metrics »

C’est ainsi que le Groupe a fait appel à Early Metrics, l’agence de notation des startups et PME innovantes. Fondée en 2014, l’agence a noté près de 2.400 startups internationales à date. Sa connaissance de l’écosystème, a permis d’identifier des startups pouvant répondre aux attentes de Ouest-France en termes d’innovation proposée et de maturité.

Loin de reposer sur une chasse aux startups « cools », la méthodologie Early Metrics se base sur des critères extra-financiers divisés en trois piliers : les dirigeants, le produit (ou service) et le marché. Après un entretien avec les fondateurs et une analyse d’informations publiques et confidentielles, les analystes arrivent à une note sur 100 pour chaque pilier.

Des approches complémentaires

Loin de se cannibaliser, la combinaison des deux approches s’est révélée être très complémentaire. D’un côté, un ciblage large et quantitatif, assuré par Startup Palace et de l’autre, une sélection fine et méthodique prodiguée par Early Metrics. Objectif atteint pour Jean-Pierre Besnard :

« Cela nous a permis d’approcher des startups plus matures. Les startups sélectionnées pour la deuxième édition d’OFF7 étaient moins Early Stage que celles de l’année précédente. »

Un autre aspect du sourcing a également été pris en compte, c’est qu’il ne s’agit pas d’une démarche à sens unique. Contrairement à certaines approches parfois vécues comme intrusives ou insistantes par les startups, l’approche de Startup Palace et Early Metrics a été bien accueillie en plus d’être riche en enseignements comme l’explique Sophie Vatelot Niclas de Bloom :

« Notre décision d’entrer dans le programme OFF7 a été principalement motivée par la qualité des intervenants et la pertinence d’un rapprochement entre Bloom et Ouest-France. La notation de Bloom par Early Metrics a également été un processus enrichissant et nous sommes fiers de la note obtenue. »

Pour le Groupe Ouest-France, s’entourer de deux prestataires pour le sourcing de startups s’est aussi révélé bénéfique pour attirer les startups vers le dispositif. Comme évoqué plus haut, les dispositifs de collaboration entre startups et grands groupes se multiplient. Un des enjeux pour les entreprises consiste donc à attirer les meilleures startups possibles, qui deviennent de plus en plus regardantes sur la qualité des dispositifs et ainsi fuir les tentatives de Startup Washing. Pour Jean-Pierre Besnard, s’adosser à deux structures pour entrer en contact avec les startups a permis au Groupe Ouest-France de crédibiliser leur démarche et de rassurer les startups quant aux motivations réelles de la démarche :

« Plus on est nombreux, plus on va vite, donc nous avons gagné beaucoup de temps sur le sourcing du deuxième batch, Startup Palace et Early Metrics sont très complémentaires. C’est un gage de sérieux d’être adossé à des structures crédibles et à la pointe dans l’écosystème startups. »

Identifier les bonnes synergies pour de bonnes collaborations

Le sourcing de startups n’est évidemment pas une fin en soi, mais il s’agit de la première étape d’une collaboration sur la durée permettant aux startups de consolider leurs projets et aux entreprises de trouver de nouveaux relais de croissance sur des enjeux métiers. Autrement dit, un sourcing mal effectué diminue les chances d’aboutir à des collaborations sérieuses ou à valeur ajoutée pour les grands groupes comme pour les startups. D’où la dimension stratégique du sourcing.

Les efforts déployés et l’attention accordée au sourcing d’OFF7 ont effectivement porté leurs fruits pour le Groupe Ouest-France :

« Actuellement nous avons 7 collaborations en cours, sur des sujets très variés : de l’éditorial, de la relation clients, de la mise à disposition de contenus locaux et nous sommes en cours d’amélioration de notre newsletter. »

Ainsi que pour les startups :

« OFF7 nous a apporté de belles opportunités à la fois commerciales et formatives. Les ateliers, notamment ceux portant sur le développement de SaaS, nous ont aidé dans l’expansion de notre gamme de produits. Nous avons aussi été présentés à plusieurs investisseurs. Mais avant tout, nous avons pu construire un partenariat avec Ouest-France qui a abouti en de nombreuses initiatives de data journalisme. »